Accueil » Communication et marketing digital » À quoi servent les fichiers sitemaps et comment en créer pour votre site Web, en vue d’améliorer votre SEO?

À quoi servent les fichiers sitemaps et comment en créer pour votre site Web, en vue d’améliorer votre SEO?

Au cours de votre pèlerinage dans le domaine du SEO, il est possible que l’on vous ait déjà parlé de “sitemap”. Parfois perçus comme « inutiles » ou « trop compliqués à mettre en place », ces fichiers font pourtant partie intégrante d’une stratégie globale de référencement naturel !

Dans cet article, nous allons vous expliquer ce que sont les sitemaps mais également comment les intégrer facilement sur votre site. L’objectif ? Optimiser votre interface d’un point de vue SEO et expérience utilisateur (UX).

Définition des sitemaps, pourquoi sont-ils utiles ?

Si nous utilisons le pluriel pour évoquer les sitemaps, c’est pour une bonne raison. Il existe différents types de sitemaps. Nous allons ici vous parler des plus connus : les sitemaps XML et les sitemaps HTML.

Il s’agit de fichiers répertoriant une liste de pages ou d’URL de votre site, sous forme d’arborescence. Cette arborescence… à quoi sert-elle ? 

C’est très simple. Comme vous le savez, Google et les autres moteurs de recherches crawlent (parcourent, analysent) les sites internet et l’ensemble de leurs pages pour juger de leur pertinence et leur contenu. Concrètement, les spiders Google vont basculer d’URL en URL, de page en page pour essayer par eux-même de trouver des contenus dans les pages de votre site, grâce aux backlinks et au maillage interne. Même si les robots de Google ne sont pas humains, ils ne refusent jamais un peu d’aide.

Grâce aux sitemaps, véritable plan de votre site Web, Google comprendra en un rien de temps la relation entre vos pages, leur classification, etc. Il existe donc plusieurs formes de fichiers de plan de site. Nous allons vous expliquer leurs différences dans le point suivant. 

En savoir plus sur le SEO en général

Les différents types de sitemaps

Le sitemap.xml :

C’est le plus connu des deux et c’est aussi le plus technique. Technique non pas par sa complexité, mais par le fait qu’il ne s’adresse pas uniquement aux robots de Google. C’est ce fichier sitemap qui a le plus d’influence en matière de référencement naturel. Un plan de site XML répertorie toutes les urls qui composent un site internet, toutes ses pages et sous-pages. 

Le sitemap.xml n’est pas accessible directement aux utilisateurs. Il existe cependant une technique pour pouvoir le visualiser sur (presque) tous les sites. Pour visualiser/accéder à un sitemap, collez “/sitemap.xml” à l’URL d’un site dans la recherche de Google. Par exemple, pour le site de Clef2web

Attention ! La technique ne fonctionne que lorsque sitemap.xml est le seul “/” de l’URL. 

Nous arrivons donc sur cette page :

Comme vous pouvez le constater, notre site dispose de 3 sitemaps.xml :

  • Un se rapportant à nos posts.
  • Un reprenant nos pages. 
  • Un pour nos catégories. 

Donc 3 fichiers différents. 

Si l’on clique sur un de ces fichiers XML (dans cet exemple https://www.clef2web.be/page-sitemap.xml), nous tombons là-dessus :

Ce sitemap nous apprend, par exemple, que nous avons choisi 46 URL à faire indexer par Google. Nous pouvons voir la dernière date de modification de chaque URL, ainsi que le nombre d’images présentes sur chacune d’elles. 

Un ensemble de points qui est intéressant à analyser par Google. Ces données lui permettent en effet de décider si, oui ou non, il va indexer nos pages. 

Pour résumer, un sitemap.xml est un plan de votre site réalisé expressément pour Google, donc dans un but de référencement naturel.

Le sitemap HTML:

Ici, nous sommes dans une toute autre stratégie. Ce sitemap s’adresse davantage aux utilisateurs qu’à Google, même si ce-dernier le prend en considération comme un sitemap.xml. Voyez ce type de sitemap comme l’index, la table des matières de votre site internet. De nombreux sites le mettent à votre disposition sous différentes appellations : “sitemap”, “plan du site”,” index du site”…

Un sitemap HTML répertorie, sous forme de liens, toutes les pages que vous souhaitez y ajouter. Il se trouve généralement tout en bas d’un site internet, dans le footer. Il est toutefois possible que certaines interfaces n’utilisent pas de plan de site ou décident de le placer autre part.  

Dans notre exemple, voici l’endroit du lien de page vers notre sitemap HTML. 

En ouvrant la page où se situe notre plan de site, vous tombez sur la présentation suivante :

Il ne s’agit que d’une capture d’écran d’une partie de notre plan de site. Pour en voir l’intégralité et vous rendre compte de sa structure, nous vous invitons à le consulter ici

Si vous êtes familier avec les tables des matières de certains livres ou d’autres documents, vous comprendrez tout de suite son utilité : améliorer l’expérience utilisateur. En effet, un site peut s’apparenter, pour certains, à un vrai labyrinthe. Quand on est pressé de trouver la page que l’on recherche, ce fichier sitemap HTML présent sur la page “plan du site” s’avère parfois très utile. 

Comment créer un sitemap.xml ?

Le langage XML est un langage informatique simple qui est utilisé principalement pour l’échange d’informations entre programmes. 

Un langage informatique simple, oui, mais on préfère vous épargner les détails… Il est donc possible de créer manuellement un sitemap XML reprenant vos URL mais cette technique comporte un problème : vous devrez modifier le fichier à chaque ajout de page ou d’article de blog sur votre site, afin de notifier Google des changements effectués.

C’est pourquoi il existe des sites internet qui permettent de créer automatiquement un sitemap, comme par exemple xml-sitemaps.com. La version gratuite de ce service vous permet de générer un sitemap si votre site n’excède pas 500 pages. Il vous suffit d’entrer le lien de votre interface et l’outil s’occupe de générer le fichier à votre place. 

Bien entendu, il existe une multitude de sites proposant un service similaire !

Si vous utilisez WordPress comme CMS pour gérer votre site, il existe également des plugins qui permettent de générer et d’implémenter un sitemap automatiquement. Grâce à ces extensions, vous pouvez manuellement exclure certaines pages, toujours selon vos objectifs.

Yoast SEO est l’un de ces plugins. En plus des autres services qu’il propose au niveau SEO, la fonctionnalité de création de sitemap y est présente. Nous vous recommandons Yoast SEO pour son côté polyvalent. En quelques clics, votre sitemap.xml sera opérationnel. 

Le seul reproche à cet outil est que vous devez tout de même intégrer manuellement votre sitemap sur Google Search Console pour une indexation rapide par Google. 

Un autre plugin, qui ne sert qu’à la création de sitemap, permet d’intégrer directement et automatiquement votre sitemap au Search Console de Google : Google Sitemap. Nous vous le recommandons si vous cherchez à gagner du temps et que vous n’utilisez pas Yoast SEO. 

Nous verrons plus loin comment exporter manuellement votre sitemap sur Google Search Console. 

Comment créer un sitemap HTML ?

Pour la création des sitemaps HTML, la démarche à suivre est plus ou moins la même que pour les XML. Sur WordPress, il existe des plugins permettant de générer des plans de site automatiquement.

Nous vous recommandons WP Sitemap Page. Une fois installé et activé, le plugin fonctionne grâce à des Shortcodes. Un shortcode est une ligne de code simplifiée, écrite [entre crochets]. 

Puisque le sitemap HTML doit servir aux internautes, vous devez créer une nouvelle page sur votre site. Appelez-la comme vous le souhaitez, par exemple : “Plan du site”. Une fois cette page créée, ajoutez un bloc “Shortcode” à votre page et notez-y ceci : [wp_sitemap_page] 

Publiez la page et le tour est joué !

Plutôt simple pour une démarche qui améliore à la fois votre SEO et l’expérience utilisateur de votre site, non ? 

Comment exporter votre sitemap XML sur Google (Google Search Console) ?

Préalablement à cette démarche, il faut que vous soyez “vérifié” en tant que propriétaire de votre site auprès du Search Console. Le processus est simple et plusieurs méthodes de vérification vous sont demandées. Consultez le Support Google pour en savoir plus. 

Une fois vérifié en tant que propriétaire, sélectionnez votre site Web sur la page d’accueil de Google Search Console. Cliquez sur l’onglet “Crawl” dans le menu déroulant à gauche, puis sous la catégorie “Sitemaps”, cliquez sur “Add/Test Sitemap”. Enfin, entrez l’adresse de votre site WordPress puis terminez l’opération en cliquant sur « soumettre ». 

Il vous suffit d’attendre quelques heures/jours, en fonction de l’emploi du temps des robots Google pour qu’il crawlent et commencent à indexer les pages de votre site Web.

Conclusion

Bien qu’ils aient l’air compliqué à comprendre et à mettre en place, les sitemaps n’ont pourtant rien de sorcier. Il s’agit de tables des matières qui permettent à Google et, dans le cas du sitemap HTML, à vos utilisateurs de mieux se repérer sur votre site. 

Il existe plusieurs méthodes pour les créer et les mettre en place, mais rien d’insurmontable ! Les retombées n’en sont que bénéfiques. 

Il est important de vous préciser que la simple utilisation de sitemaps ne va pas booster votre site d’une façon incroyable. Il s’agit d’une des actions mise en place dans une stratégie SEO globale. La mise en place d’une telle stratégie s’avère complexe et prend beaucoup de temps. Si vous voulez confier votre SEO à des experts, contactez nous et nous discuterons de votre projet. 

 

Nos Certifications

 

Nos Clients